Conseils pratiques pour l’application de la chaleur et de la glace

Vous avez mal suite à un effort, en étant assis à l’ordinateur ou tout simplement au réveil le matin?

Vous voulez vous soulager, mais ne savez pas si vous devez appliquer de la glace ou de la chaleur? Voici quelques astuces afin de faire un choix éclairé.

Tout d’abord, il faut savoir que la glace est utilisée pour contrer l’inflammation lors de la phase aiguë de la blessure. Elle apparaît habituellement dans les 48 à 72 heures (parfois plus) qui suivent la blessure. Les principaux signes d’inflammation sont la présence de chaleur, de rougeur et d’œdème (enflure) au site de la blessure. L’usage de la glace diminuera l’inflammation en ralentissant la circulation sanguine et le métabolisme. Elle réduira également les spasmes musculaires et la douleur.

Il y a deux façons plus courantes d’appliquer la glace. La première est en enveloppement, c’est-à-dire avec un sac de glace (sac de petits pois, sac en gel qui va au congélateur) qu’on entoure d’un linge humide. Le temps du traitement se situe entre 10 et 15 minutes et est répété toutes les 2-3 heures.

Lorsque les signes inflammatoires ne sont plus présents (phase chronique), que la douleur persiste sous forme de raideur, de courbatures ou de points de pression, on peut alors se tourner vers la chaleur. La chaleur a pour effet d’augmenter la circulation du sang, d’assouplir les tissus, de diminuer la douleur en plus d’être relaxante. Pour un effet plus optimal, la chaleur peut être combinée avec des exercices d’étirement.

Il existe différentes sortes de chaleur :

1. Chaleur humide : bain chaud, douche chaude, bouillotte d’eau chaude recouverte de serviettes humides. Le temps d’utilisation est de 20 minutes maximum.

2. Chaleur sèche : couverture électrique pour une durée de 20 à 30 minutes.

3. Bain tourbillon : température d’eau 35 à 38 °C pour une durée de 15 à 20 minutes.

4. La paraffine ou la cire : est surtout utilisée pour les personnes atteintes d’arthrose, d’arthrite ou suite à une fracture de la main qui présente de la raideur. Elle procure une chaleur profonde et uniforme.

En résumé, la glace est de mise les premiers jours suivant une blessure afin de diminuer l’inflammation. Ensuite, la chaleur peut être envisagée. Par contre, il se peut que, même en phase chronique, il y ait des épisodes de douleurs vives suite à un faux mouvement ou un effort inhabituel. Dans ce cas, on recourt à la glace afin d’éviter une nouvelle phase inflammatoire.

L’équipe de Physiothérapie Boisbriand

TOUS DROITS RÉSERVÉS PHYSIOTHÉRAPIE BOISBRIAND 2019