Les douleurs sciatiques

La sciatalgie est la douleur causée par une inflammation ou une compression du grand nerf sciatique. Ce nerf volumineux, formé par la réunion de plusieurs racines nerveuses issues de la partie inférieure de la moelle épinière, au niveau des vertèbres lombaires, traverse la hanche et la fesse, et descend le long de la cuisse et de la jambe jusqu’au pied. Sur son chemin, il innerve plusieurs muscles tout en assurant la sensibilité de la peau d’une partie du membre inférieur. Il est d’une importance capitale pour le bon fonctionnement de la jambe, et son atteinte peut être sérieusement incapacitante.

La douleur sciatique se présente de multiples façons, subitement ou graduellement, et irradie parfois jusqu’au pied et aux orteils : élancement, brûlure, décharge électrique, sensation d’étirement, points de pression, pincements, crampes ou spasmes dans la fesse, la cuisse, le mollet, etc. Elle peut être accompagnée de troubles de sensibilité, avec des fourmillements agaçants, des zones d’engourdissements…, ou encore de faiblesses musculaires plus ou moins importantes du genou, de la cheville, du pied ou des orteils. En crise aiguë, elle peut être constante, jour et nuit, très intense et difficile à supporter; la mise en charge sur la jambe atteinte est pénible et tous les déplacements temporairement limités.

Votre physiothérapeute peut vous aider à trouver la solution à ce problème. Par une évaluation complète, il précise d’abord la cause de votre sciatalgie. Des tests neurologiques précis, un examen des mouvements de votre colonne lombaire et de votre condition musculaire, de même qu’une palpation minutieuse des vertèbres lombaires, des points douloureux dans la hanche, la région fessière et le long du membre inférieur lui permettent de cibler la source de la douleur : possibilité de blessure discale (hernie), inflammation articulaire à proximité d’une racine nerveuse lombaire, compression sur le trajet du nerf sciatique par des spasmes musculaires au bas du dos ou dans la fesse, etc. Il peut ainsi établir un plan de traitement pendant la crise aiguë, favoriser votre récupération fonctionnelle par la suite, et vous consulter judicieusement pour prévenir une rechute.

Votre physiothérapeute a la compétence pour reconnaître les signes de gravité et, dans le doute, il n’hésitera pas à vous référer à votre médecin pour des examens complémentaires. Si vous reconnaissez certains de vos symptômes dans cette description de la sciatalgie, n’attendez pas une aggravation et consultez votre professionnel de la physiothérapie dès maintenant.